Avant même de partir, l'idée de ce journal de bord me tenait beaucoup à coeur... Pensez donc, partir aux antipodes, tout laisser, parents, amis, maison... Pour ceux-là, et pour nous plus tard, il me fallait garder une trace de cette opportunité de découvrir ce nouveau monde !

Ce petit pincement au ventre, cette excitation anxieuse du voyageur partant vers cet inconnu pourtant déjà enivrant... Comme une attirance fébrile anihilant la moindre réticence...!

Et puis les îles, c'est toujours unique, on largue les soucis sur le quai, et on part libre ! Les îles, en Bretagne, ça nous connait...

C'est donc avec cette avide curiosité infantile que je l'ai commencé.

58316370 - Copie (2)

2 ans plus tard, je l'achevais avec beaucoup d'émotion...

Partis à trois, nous revenions à quatre, avec notre deuxième enfant, Pierre Tamatoa.

Je crois pouvoir dire que nous avons passé là-bas une partie de nos plus belles années ;

deux années de vie normale et simple, au fond, mais où, à l'image des tropiques,

tout prend des proportions beaucoup plus importantes : que ce soit la végétation,

les couleurs, la langueur, ou bien le sens de la fête et la simplicité si reposante du polynésien...

Tout surprend et charme à la fois le « popa (le blanc)», qui ne sait plus vraiment s’enrichir de ces petites choses…

Les difficultés de la vie sont moins « entêtantes » qu’en métropole, on les relativise bien plus …

Mais pour autant, tout n’est pas si simple au soleil : attention de ne pas manquer de sérieux face aux choses graves.

A trop se laisser couler dans la facilité, chacun ne fait plus forcément d'effort envers l'autre, perd cette endurance nécessaire, et nombres

de nos congénères métropolitains ont vu leur couple exploser en quelques mois de ce "régime", pour peu  que quelques fissures aient déjà

insidieusement fragilisé leur relation... C'est le risque de tout "expat"...

Certes, « la misère est moins pénible au soleil », mais ce séjour en Polynésie ne fut pas tant des vacances qu’une grande et belle leçon de

vie, au contact de ce pays et de son jardin d’Eden…